×
Vous avez déjà voté pour ce commentaire
En haut

Winter Sleep (VO)

Genre

Drame

Durée

3 heures 16 minutes

Réalisateur

Nuri Bilge Ceylan

Pays

Turquie, Allemagne, France

Acteurs

Haluk Bilginer, Melisa Sözen, Demet Akbag, Serhat Mustafa Kiliç, Nejat Isler

Regarder le Trailer «Winter Sleep (VO)»

Autrefois acteur de théâtre, Aydin est retourné dans son village natal dans le but d'écrire une histoire du théâtre turc. Là, il vit en compagnie de sa jeune femme et de sa soeur dans le petit hôtel Othello, qu'ils gèrent. L'hiver s'installe, les derniers clients s'en vont et le confinement obligé exacerbe un malaise diffus entre les trois personnages, alors qu'à l'extérieur les tensions sociales latentes obligent, elles aussi, le maître des lieux à sortir de son splendide isolement. Nuri Bilge Ceylan nous offre son oeuvre la plus achevée à ce jour, qui impressionne autant par sa mise en scène dans des décors superbes et sa mise en abyme des sentiments, que par les thèmes qu'elle aborde. Splendeur et violence Méditation sur les relations humaines, chronique sociale d'une région reculée marquée par un paysage accidenté et magnifique, il y a de tout cela dans Sommeil d'hiver. Nuri Bilge Ceylan reconnaît volontiers l'influence qu'exerce sur lui l'oeuvre d'Anton Tchekov dont les nouvelles furent d'une précision extrême dans la description de la vie provinciale russe à l'orée du 20e siècle. On retrouve ici ce même souci du détail lorsqu'il s'agit pour Ceylan de dépeindre – le mot est choisi ici à dessein, tant cadre, lumière et couleurs font de chaque plan de véritables tableaux – les rapports de classe qui lient Aydin, petit hobereau, et ses locataires et employés, et leur violence sous-jacente. Une violence d'autant plus poignante et ressentie qu'elle ne s'exprime que par les attitudes, les regards et les mots, avec un Aydin éludant en plus ses devoirs de propriétaire et de patron, qu'il délègue à son fidèle factotum. On retrouve la même tension, la même brutalité, au sein de la famille d'où suent les frustrations et le mépris pour les autres. Les dialogues que s'échangent Aydin et sa soeur Necla, ou sa jeune femme Nihal sont, eux aussi, d'une richesse et d'une netteté limpides dans leur expression des états d'âme des protagonistes. Là encore la mise en scène et le déroulement du récit font merveille. On découvre petit à petit le réel personnage qu'est l'écrivain Aydin, usant de casuistique pour réfuter tous les reproches – qu'on pourrait lui faire – et aussi pour fuir ses responsabilités aussi bien sociales que familiales avec la suffisance des gens de bien qui ont réponse à tout. Une assurance qu'on verra se craqueler dans une sorte de coup de théâtre final. En face de lui, Nihal, fragile, confond charité et justice sociale, alors que Necla s'enfonce dans la rancoeur d'une vie qu'elle croit avoir ratée. Nuri Bilge Ceylan montre ici une virtuosité sidérante, sublimant l'art du dialogue et du cadre, osant les citations théâtrales tout en réalisant du vrai cinéma. A tout cela s'ajoute un regard d'une profonde humanité sur ses semblables et un souci de ne pas laisser un seul protagoniste au bord du chemin. Sommeil d'hiver serait long? Et alors? Puisque cela fait en tout cas vraiment trois heures de bonheur. 

L'horaire des séances «Winter Sleep (VO)»

Il n’y a plus de séances aujourd’hui
Il n’y a pas de séances demain
Pas de séances

0 commentaires