×
Vous avez déjà voté pour ce commentaire
En haut

Cinq Jours En Mars

Horaire

25 Septembre à 20:00
26 Septembre à 20:00
27 Septembre à 20:00
28 Septembre à 18:00
30 Septembre à 20:00
1 Octobre à 20:00
2 Octobre à 20:00
3 Octobre à 20:00
4 Octobre à 20:00
5 Octobre à 18:00

Téléphone

xxx xxx 44 84 Montrer

Tokyo, 19 mars 2003 : en pleine crise mondiale, un garçon et une fille se rencontrent par hasard dans une salle de rock, et se rendent le soir même dans un hôtel de banlieue où ils couchent ensemble cinq jours de suite. Au même moment, d’autres jeunes errent dans la ville, tandis que des manifestations s’organisent pour protester contre l'implication de l’armée japonaise. Cette pièce de l’auteur contemporain Toshiki Okada offre une analyse bouleversante des problématiques actuelles de la société japonaise et, par extension, de nos sociétés occidentales.

Ce spectacle, qui a reçu un magnifique accueil lors de sa création en mars 2013 dresse le portrait d’une jeunesse rompue entre ses désirs de liberté et son appréhension du futur : un récit à la forme insolite monté ici pour la première fois en français par le metteur en scène genevois Yvan Rihs.

A l’occasion de sa reprise en tournée, le Théâtre du Grütli est heureux d’accueillir une nouvelle fois "ce spectacle audacieux mêle avec génie création théâtrale, musicale et chorégraphique pour traduire l'énergie perdue d'une jeunesse de ce début de millénaire" selon Katia Berger, de La Tribune de Genève.

"Je, ici, est une infinité d'autres. Ventriloque ou contrebandière, la parole offre pendant deux heures d'étonnantes embardées. Drôlement stimulant" (Thierry Mertenat, La Tribune de Genève)

"Les comédiens et musiciens transcendent le verbe allumé de Toshiki Okada. Un oratorio de la parole multiple. Un tourbillon." (Marie-Pierre Genecand, Le Temps)

"Yvan Rihs nous balade magnifiquement dans le Tokyo d'une jeunesse en déroute. Il scrute ici le coeur même de la construction identitaire. Un spectacle qui palpite entre quête d'une nouvelle génération et conscience du monde partagée. Une traversée grisante. Courez-y!" (Cécile Dalla Torre, Le Courrier) 


0 commentaires