×
Vous avez déjà voté pour ce commentaire
En haut

Pink Martini: «Get Happy»

Horaire

7 Novembre à 20:30

Téléphone

xxx xxx 97 66 Montrer

Prix

Entrée — dès 55 CHF.

Au carrefour d'un orchestre de danse cubaine des années 1930, d'un ensemble de musique de chambre, d'une fanfare de batucada brésilienne et de l'ambiance d'un film noir japonais, douze musiciens, un groupe : Pink Martini. Fondé en 1994, le collectif rencontre son premier grand succès international en 1997 avec l’album «Sympathique», dont est issu le tube Je ne veux pas travailler. 15 ans plus tard, Pink Martini a toujours autant de succès et annonce une nouvelle tournée.

A la fois cours de langues et comédie musicale hollywoodienne, Pink Martini voit le jour dans l’Oregon en 1994 sous l’impulsion de Thomas M. Lauderdale, diplômé de Harvard et pianiste de formation classique. Au départ quintet, la formation compte aujourd’hui une douzaine de talentueux musiciens, presque tous issus de la musique classique. Pink Martini rencontre son premier grand succès international en 1997 avec l’album «Sympathique», dont est issu le tube Je ne veux pas travailler. S’en suivront 5 albums et de nombreuses tournées mondiales.

Juke-box d'influences et de passions multiculturelles, la musique de Pink Martini se situe au carrefour d'un orchestre de danse cubaine des années 1930, d'un ensemble de musique de chambre, d'une fanfare de batucada brésilienne et de l'ambiance d'un film noir japonais. Parfois qualifiée de «Mélodies en Technicolor», la musique du groupe ne tire pas uniquement sur la corde nostalgique mais est une joyeuse invitation à la danse et au chant.

Sixième disque du groupe, «Get Happy» réunit les deux chanteuses principales, China Forbes et Storm Large, sans oublier Philippe Katerine, Rufus Wainwright, Ari Shapiro, les Von Trapps, la grande chanteuse de cabaret Meow Meow, le talentueux clarinettiste de 95 ans Leyden et la pionnière légendaire du cinéma Phyllis Diller. Il regroupe 16 chansons chantées en neuf langues différentes... Thomas M Lauderdale le présente comme un album pour «tomber amoureux ou rompre, pour passer l'aspirateur ou pour conduire». 

0 commentaires