×
Vous avez déjà voté pour ce commentaire
En haut

Tout Ira Bien

Horaire

17 Février à 20:00
18 Février à 20:00
19 Février à 20:00
20 Février à 20:00
21 Février à 20:00
22 Février à 18:00
23 Février à 20:00
24 Février à 20:00
25 Février à 20:00
26 Février à 20:00
27 Février à 20:00
28 Février à 20:00
1 Mars à 18:00
2 Mars à 20:00
3 Mars à 20:00

Téléphone

xxx xxx 44 84 Montrer

Prix

Entrée — 25 CHF.

« Nous avons tous une histoire avec les roms / Je veux dire /Nous avons tous une petite anecdote personnelle à raconter où les roms jouent un rôle important » C’est par ces mots que Jérôme Richer commence Tout ira bien, pièce en trois parties, qui est pour son auteur « une tentative pour interroger notre rapport à la communauté en regard des relations que nous entretenons avec les roms, gitans, manouches... ». Sans jugement préconçu, il confronte les opinions et questionne les mécanismes de l'exclusion. Un projet qui mêle adroitement le stand-up, le montage et l'enquête. Avec le désir de tordre le cou à quelques certitudes et l’espoir de briser la distance qui nous sépare les uns des autres. Même si Jérôme Richer ne croit plus en la capacité de l’art de changer le monde, il lui reste la possibilité de changer nos vies. Jérôme Richer a reçu pour l’écriture du texte une bourse culturelle de la Fondation Leenaards ainsi qu’une bourse d’aide à la création de la Ville de Genève en 2012.

Né en 1974, Jérôme Richer se nourrit du réel pour construire ses spectacles. Son travail est proche du théâtre documentaire. Il a notamment écrit et mis en scène La ville et les ombres (2008) sur l’évacuation du squat Rhino, Une histoire suisse (2010), regard subjectif sur l’histoire de notre pays ou encore Je me méfie de l'homme occidental (encore plus quand il est de gauche) (2011) sur la bonne conscience occidentale. La même année, il a fondé le collectif d'auteurs Nous sommes vivants aux côtés de Marie Fourquet, Julie Gilbert, Antoinette Rychner et Philippe Soltermann. La Société Suisse des Auteurs (SSA) lui a attribué à trois reprises son prix à l'écriture théâtrale pour les pièces Naissance de la violence (2006), Ecorces  (2008) et Défaut de fabrication (2012). 

0 commentaires