×
Vous avez déjà voté pour ce commentaire
En haut

Horaire

13 Août de 19:00 à 20:30
14 Août de 20:00 à 21:30
15 Août de 19:00 à 20:30
16 Août de 20:00 à 21:30
17 Août de 19:00 à 20:30
19 Août de 20:00 à 21:30
20 Août de 19:00 à 20:30
21 Août de 20:00 à 21:30
22 Août de 19:00 à 20:30
23 Août de 20:00 à 21:30

Téléphone

xxx xxx 93 63 Montrer

Prix

Entrée — 30 CHF.

« Le début du changement est le moment du doute. C’est l’instant crucial où je renouvelle mon humanité, ou alors je deviens mensonge. » Comme Tennessee Williams ou Edward Albee avant lui, le New-Yorkais John Patrick Shanley obtient le Pulitzer en 2005 pour sa pièce Doute (Doubt, a parable), qu’il portera à l’écran avec Philip Seymour Hoffman dans le rôle du prêtre. New York, le Bronx, 1964, quatre personnages sont happés dans la tourmente d’une rumeur qui vient bouleverser leur vie. L’adaptation française de Dominique Hollier (quatre nominations aux Molières) offre à Robert Bouvier l’occasion d’un rôle et d’une mise en scène unanimement acclamés, tant par la presse que par le public, avec une actrice majeure dans le rôle de Soeur Aloysius : Josiane Stoléru (cinq nominations aux Molières).

La supérieure d’une école catholique du Bronx, gardienne des valeurs de l’institution, propage le poison d’une rumeur dirigée contre un professeur jugé subversif. Le sujet central de ce thriller psychologique est moins la réelle motivation de la calomniatrice que les conséquences de ses actes. Le professeur, Father Flynn, compare la calomnie aux plumes envolées d’un oreiller poignardé, impossibles à rattraper une fois le fiel répandu. Comment dès lors en circonscrire le feu sournois et traquer la vérité sans soi-même se compromettre ? Le doute est à cet égard ambivalent, qui permet d’établir une vérité (épistémè,connaissance) ou au contraire de la corrompre (doxa, opinion). Davantage que par certaines questions de société (religion, éducation, racisme, voire sexualité), la genèse de Doute a été influencée par le contexte des années post 11 septembre 2001, sur fond de manipulation de l’opinion, de repli sur soi, de climat délétère et de remise en cause larvée de l’Etat de droit. Construire un ennemi commun, susciter la crainte du rejet de soi pour mieux contrôler le groupe, la recette est applicable partout, et Shanley livre ici un drame totalement captivant, remarquablement servi par la Compagnie du Passage. 

0 commentaires